26 octobre 2007

La muse du poète

Les muses des poètes, des peintres, des musiciens, des conteurs, chanteurs, branleurs mêmes ont presque toujours été des femmes. Reléguées au rang d'objets, de pures sources d'inspiration passives, inertes, confinées à l'immanence, ces femmes ont été bercées dans l'illusion de l'hommage. Là où moi je vois plutôt une simple objectivation. Voire une instrumentalisation, bien souvent.

Voilà.


Sans_titre_2                              


Sans_titre_3

Parce que d'exister pour de vrai, en dehors de la féminolâtrie, c'est pas mal aussi.

Posté par karaz à 09:25 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

Commentaires sur La muse du poète

    Et toutes ces statues grecques de l'antiquité, majoritairement de beaux Apollons aux sexes minimalistes, t'en fait quoi ? ))

    Posté par STV., 26 octobre 2007 à 10:23 | | Répondre
  • Je n'en fais pas grand chose.

    L'Apollon est typiquement le symbole de la force, de la puissance, de la beauté virile, musclée, combative.
    Les représentations du corps masculin existent. Je ne dirai pas le contraire. Mais leur réception est-elle la même ? Symbolisent-ils la même chose que la représentation d'un corps féminin ?

    A vrai dire, je livre ici plutôt un de mes questionnements, une interrogation. Ce n'est pas un constat définitif. Existe-t-il des muses au masculin ? Je ne sais pas.
    Aucun ne me vient en tête.

    Posté par karaz, 26 octobre 2007 à 14:00 | | Répondre
  • Une seule vision.

    Ton blog ne se veut pas féministe, c'est un site de propagande contre le masculin.

    Tu n'acceptes qu'une vérité, la tienne. L'homme abuseur ou con et la femme martyr. Il n'y a pas que ça comme réalité.

    Posté par Bob, 26 octobre 2007 à 15:00 | | Répondre
  • bon alors homme=force et femme=beauté. Comme on dit, on peut pas tout avoir (à quelques exceptions près...). Sans parler du rang ou de la position sociale de la femme qui n'a jamais été très enviable.

    A mon sens, je ne pense pas qu'il faille parler de femme mais plutôt de féminité et de l'ensemble des valeurs que ce concept véhicule, le tout appliqué à la création et à l'inspiration: finesse, beauté du verbe ou de la rime, beauté de l'intrigue.
    Ainsi, personnellement je ne me vois pas en train d'espérer une inspiration qui soit forte et brutale...

    PS: il y a beaucoup de femmes qui publient ou ont publié sous des noms d'hommes (Georges 'n co). Par contre, pour l'inverse, je vois mal. Sans doute cela existe-t-il, hein, mais à ce moment là c'est pour répondre à un but bien précis je pense.

    PPS: bon, ok, je suis tombé sur la définition des rimes féminines et des rimes masculines: la féminité est alors associée à ce qui est faible et mou.

    Bizarre quand même, la femme est beauté mais aussi faiblesse et mollesse, une incarnation du péché quoi. Je crois que les femmes sont condamnées à traîner leur boulet "biblesque" encore longtemps...

    Ceci dit, au passage, c'est bien gentil de tout mettre sur le dos de la religion et de la Bible, mais faut quand même comprendre que les préceptes religieux ont forcément été tirés de quelquepart, et reflètent donc la mentalité de l'époque (je fais des raccourcis, ok, mais bon).

    Sinon, c'était quoi déjà le sujet?

    Posté par Mouchi, 26 octobre 2007 à 15:04 | | Répondre
  • En tout cas

    Très belle image et bien illustrée, on remarque toutefois que l'homme écrit avec les pieds de la femme.
    Voilà sans doute l'origine de ce célèbre et merveilleux texte "De l'importance du prout caca dans l'évolution de l'écriture".


    (tiens, je vois que psychobob n'a pas résisté plus d'une semaine avant de revenir)

    Posté par gael, 26 octobre 2007 à 15:21 | | Répondre
  • @Mouchi
    Disons que l'inconvénient justement c'est que la beauté est finalement passiv en soie. Elle est une "qualité" innée, une sorte de don. Elle ne demande pas en soi un travail particulier ni une vocation, pas d'aptitude. Elle est, c'est tout.

    La force au contraire nécessite de chercher au fond de soi des ressources, de combattre, de se défendre. Elle est active.

    Et la beauté est plutôt associé au féminin, la force au masculin.

    La création, c'est l'homme. La créature, c'est la femme.

    La "mystère féminin", qui permet l'invention de la figure mythifiée de la muse, relègue encore une fois la femme fondamentalement au rang de l'imaginaire, de l'inaccessible, de l'inexistant même.

    @gael
    Tu serais étonné. Y a mille merveilles à écrire avec les pieds. Je te montrerai.

    @Bob
    Ben casse-toi plutôt que de taper du poing sur la table en beuglant que tout ceci est un scandale, mais que fait la police.

    Posté par karaz, 26 octobre 2007 à 15:43 | | Répondre
  • Pfff. Fautes d'orthographe...

    Sinon, la soie c'est sympa.
    Le coton aussi, mais ça dépend. Faut pas laver à plus de 40 degrés.

    Posté par karaz, 26 octobre 2007 à 15:45 | | Répondre
  • La muse ou le pouvoir dans l'ombre.

    La muse inspire?

    Si on sort un peu de la mythologie, inspirer c'est souvent "contrôler".

    Inspirer un décideur c'est décider. Inspirer un artiste, c'est s'exprimer à travers lui.

    Il y a beaucoup de femmes qu'on a qualifié de muses, mais qui en fait, contrôlaient totatement l'homme.

    Yoko ono et John Lennon.

    L'ex premier ministre du Canada et sa femme. (Il la consultait pour TOUT.)

    Clinton l'ex premier ministre des EU et sa femme ...

    Etc, etc, etc, ... donc beaucoup de femmes contrôlent dans l'ombre, alors les Muses-Martyr, il faudrait en revenir.

    Posté par Bob, 26 octobre 2007 à 17:05 | | Répondre
  • Ce site anti-hommes n'atteint pas son but : la plupart des commentateurs ont des couilles. Faut dire que les dessins à base de femmes à poil abondent... mais à quoi pense donc l'auteur(e) ?

    Posté par STV., 26 octobre 2007 à 17:11 | | Répondre
  • Une femme est une femme.

    L'auteur pense penser commme un homme, mais agit malgré elle, ... en femme.

    On voit comme elle s'élance dans les photos d'elle-même. Elle veut plaire. Mais on sent un peu de résistance dans le muscle. )

    Posté par Bob, 26 octobre 2007 à 17:19 | | Répondre
  • Dans l'œuvre de Michel-Ange je ne connais pas vraiment de muse féminine. Il y aurait la Piéta mais ici la femme (la Vierge) représente la force tranquille et la sagesse (elle est d'ailleurs disproportionnellement plus grosse que son Jésus qu'elle tiens). Les Sibylles de la chapelle Sixtine sont à ranger dan la même catégorie à mon avis. Le David par contre est une ode au corps masculin, on se demande même pourquoi il ne l'a pas fait en érection.

    Bon le fait que Michel-Ange fut homosexuel n'est pas étranger à l'affaire.

    Le drame c'est que l'expression artistique des femmes a toujours été étouffée. Sinon on aurait sans aucun doute autant d'hommes objets que de femmes objets dans nos cultures.

    Mais les choses sont en train de changer. Il y a une pub de bouffe pour chat qui tourne ici. On y voit un homme gratter son caca les deux pieds dans une litière. Tout le monde trouve cela très drôle. Il serait impensable (au Québec du moins) de présenter une pub où une femme ferait la même chose. Vous pouvez donc vous consoler en sachant que maintenant on n'hésite plus à mettre les pieds des hommes dans leur merde.

    Posté par Ce Bref Réveil, 26 octobre 2007 à 17:26 | | Répondre
  • On dit que les hommes ont le pouvoir et que les femmes ont l'influence.

    Avoir du pouvoir dans l'ombre, ce n'est pas réellement exister. S'exprimer à travers quelqu'un d'autre, ce n'est pas réellement s'exprimer.
    C'est ce que j'en pense.

    Les interprétations sur celle que je suis ne regardent que ceux (et celles) qui les rédigent. Elles ne viennent pas de moi.

    D'autre part, des hommes à poil j'en dessine également à foison. Il se trouve toutefois que je suis une femme et que dessiner des femmes, c'est bien souvent me dessiner moi. Dessiner des hommes aussi, à vrai dire.
    Je ne fais pas des femmes des objets, pas plus que je ne fais des hommes des objets. Puisque je suis sujet dans ce blog.

    Merci. Bonne soirée à tous et à toutes.

    P.S : Si les hommes postent davantage ici, c'est parce que j'imagine que mes questions peuvent les surprendre plus que les femmes. Une supposition, peut-être fausse.

    Posté par karaz, 26 octobre 2007 à 17:33 | | Répondre
  • En vrac

    @Mouchi
    "Bizarre quand même, la femme est beauté mais aussi faiblesse et mollesse, une incarnation du péché quoi. Je crois que les femmes sont condamnées à traîner leur boulet "biblesque" encore longtemps..." Faiblesse et mollesse ?? je ne crois pas être tout a fait d'accord.

    Si je reviens juste sur la muse celà m'inspire plus , beauté , intelligence, persicacité, complicité, malice...

    Quand au pêché originel, la pomme (si c'est à celui-ci que tu fais allusion), ne montre pas la faiblesse de la femme... mais la faiblesse de l'homme qui n'a su dire non à la tentation. C'est en partie de la faute de l'homme si l'on vit dans la douleur et non dans un paradis.

    J'entends déjà les remarques "tu dis que les femmes = tentations !! goujat" ben oui et si j'étais gay se serait les hommes..


    @karaz
    "Reléguées au rang d'objets"
    ou de déesses ? ayant le destin des artistes entre leurs mains.

    "Les représentations du corps masculin existent. Je ne dirai pas le contraire. Mais leur réception est-elle la même ? Symbolisent-ils la même chose que la représentation d'un corps féminin ?"

    Ok c'est un questionnement mais tu voudrais quoi.. que le corps féminin représente la même chose que le corps masculin. Est-ce que tu fantasmerai sur une société d'hermaphrodites ?

    Je me trompe peut être mais avec ce genre de questionnement tu sous-entends vouloir mettre TOUT sur un même niveau. Et pour dire une absurdité de plus: homme != femme. La seule égalité à laquelle prétendre c'est celle concernant notre monde capitaliste; salaire, boulot, droit, etc...$

    de nos jours les muses "n'empêche plus" les femmes d'écrire en leur nom et les apollons ne nous privent pas de femme puissamment body-buildées.

    "L'Apollon est typiquement le symbole de la force, de la puissance, de la beauté virile, musclée, combative." tu crois pas que cette image de l'homme nous gonfle également ???????

    "La création, c'est l'homme. La créature, c'est la femme." Mais la créature inspire le créateur.. ainsi on peut se demander de qui de la poule ou de l'oeuf est arrivé en premier

    Est-ce que tu ne ratisses pas un peu large dans ta quête d'égalité des sexes ?

    j'en suis ou ... ah oui faut que je bosse A+

    Posté par Fab, 26 octobre 2007 à 17:35 | | Répondre
  • .... etcetera

    "Reléguées au rang d'objets, de pures sources d'inspiration passives"

    Ceci est une interprétation.... j'en ai une autre.


    L'art de la muse se concrétise au travers de l'artiste ce qui le relègue au rend d'objet catalyseur permettant au gens "communs" de profiter du talent de la muse.

    Posté par Fab, 26 octobre 2007 à 18:07 | | Répondre
  • Non Fab, je ne ratisse pas un peu large en prônant une hiérarchie différente entre les sexes.

    Mais c'est comme dans tous les domaines finalement : plus tu acquières des connaissances, plus ta sensibilité est accrue, plus tu vois des choses qui laissent les autres dans une neutralité totale. Comme en informatique, en médecine, en économie... tous les domaines.
    Je suis plus sensible, plus informée et plus exposée aux questions de genre parce que c'est mon domaine.

    Je lance ici des questions. Je ne tire pas de conclusions définitives. Mais j'ouvre des débats. A partir de là, chacun(e) est libre de penser ce qu'il/elle veut.
    J'aime par contre pas trop qu'on me dise que "ouais mais bon, tu vois trop large, t'es dans l'utopie, bla bla". On disait bien la même chose de ceux qui voulaient partir sur la lune la première fois. Tout semble lointain, compliqué, inutile, risible peut-être avant d'y arriver.

    Posté par karaz, 26 octobre 2007 à 23:26 | | Répondre
Nouveau commentaire