05 octobre 2007

La chaîne alimentaire

On avait la classique :

gloss_chainealim

Et y a la ma mienne à moi :


cha_ne_alimentaire


(Remarquez par ailleurs que la catégorie la plus basse est majoritairement constituée de femmes, alors que la plus élevée est constituée d'hommes. Le seul point commun pourtant que je vois entre l'homme et le chat sauvage, c'est le poil. Ce serait donc la clé pour atteindre le plus haut niveau de la hiérarchie ?

Vais m'acheter une moumoute.)

Posté par karaz à 05:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires sur La chaîne alimentaire

    Autre déduction

    On remarque également que selon ta chaine, plus on avance, plus le respect des classes subalternes recule. Remarque c'est pas vraiment nouveau.
    Ceci dit l'agent de sécurité (tiens il est au masculin) a un vocabulaire curieux, j'en connais une qui s'exprime bien mieux.

    Posté par gael, 05 octobre 2007 à 08:09 | | Répondre
  • autre ressemblance entre l'homme et le chat sauvage

    l'haleine de poney (ce qui est très étrange pour un chat sauvage, mais l'univers est bourré d'énigmes)

    Posté par Melle Bille, 05 octobre 2007 à 10:17 | | Répondre
  • Et moi je vais arrêter l'épilation.

    Posté par milou, 05 octobre 2007 à 13:06 | | Répondre
  • @gael
    Non c'est les codes qui nous imposent ce type de phrases particulièrement subtiles. Le code par exemple pour dire que tu commences ton service, c'est "ounga glabü shmurfy glop 43". Et tu finis par "terminé".
    Y a un enjeu important, faut pas se tromper.

    @Mlle Bille
    Par contre je suis pas tellement familière avec l'haleine de chat sauvage. Je connais pas bien.

    @Milou
    Et à nous les lingots !

    Posté par karaz, 05 octobre 2007 à 13:45 | | Répondre
  • Soumission et liberté

    T'es-tu demandé qui des quatre a l'esprit le plus libre?

    C'est pas celui que tu penses.

    Posté par Bob, 07 octobre 2007 à 06:21 | | Répondre
  • Et ce serait qui selon toi ?
    Ce n'est en tous cas pas la nettoyeuse qui travaille de 6h à 21h, samedi compris, n'a pas de congés payés et ne peut jamais partir en vacances.

    Posté par karaz, 07 octobre 2007 à 09:24 | | Répondre
  • Quand le chat n'est pas là ...

    Quand le chat n'est pas là, les souris dansent, mais sont-elles plus heureuses?

    --
    Le plus libre, c’est le plus intelligent, celui qui, malgré sa position est capable de rester au dessus de la mêlée. Je peux te donner un petit exemple tout près de moi.

    Là ou je travaille, il y a des femmes qui font beaucoup d’heures et qui sont 1000 fois plus heureuses que le Big Boss, ... je parles de celui qui est vraiment très riche, en haut. Il passe dans des magazines sur les Finances, je l’ai rencontré, il ne rie jamais sincèrement, cet homme-là est totalement prisonnier de lui-même, et il y en a beaucoup comme ça, ... faut jamais croire les apparences.

    Ce serait intéressant de pouvoir examiner l’intérieur de chacun, on serait surpris de ce qu’on pourrait y trouver. Et le pire c’est que chacun de nous ne sommes souvent même pas au courant de notre intérieur, parfois ce n’est qu’en vieillissant avec les années qu’on peut constater qu’on est pas qui on pensait.

    Est-ce que les riches sont plus heureux que les pauvres ?

    Faudrait y voir de plus près. Le enfants africains qui sont si pauvres sont souvent plus heureux que beaucoup d’enfants « riches », parce qu’ils ont l’essentiel, une mère qui les caresse, la présence de plein d’humains autour d’eux, la chaleur humaine et l’entraide.

    Ce qu’il faut comprendre c’est que ce n’est pas la position sociale, l’argent en banque ou la main mise sur un humain dépendant qui rend un homme ou une femme heureuse, c’est la sensation intérieure d’avoir été aimé et la conviction qu’en tout moment on peut l’être ou qu’on l’est.

    -
    PS: Un esclave est un eslave, homme ou femme, ... est-ce qu'il y a plus d'esclaves femmes? ... j'en suis vraiment pas convaincu, je connais trop d'hommes prisonniers de leur vie de "couple".

    Posté par Bob, 07 octobre 2007 à 17:08 | | Répondre
  • Il ne s'agit pas autant d'argent que d'indépendance. En bas de l'échelle, tu dois rendre des comptes en permanence. Tu reçois les ordres, ta marge de manoeuvre est extrêmement limitée et ta créativité ou ton esprit sont totalement niés au profit d'un travail réalisé selon les attentes.

    Non, être en bas de l'échelle c'est très dur pour l'ego et l'estime de soi. Pour moi. A moins d'avoir la certitude que l'on est à une place satisfaisante quand même.

    Posté par karaz, 07 octobre 2007 à 17:21 | | Répondre
  • Injustice naturelle

    Ici aussi je suis pas d'accord, ... si tu savais la pression qu'il y a quand on monte dans l'échelle, crois-moi, quand tu es en charge et qu'il y a de l'argent d'impliqué, que tu sois un homme ou une femme, on te demande des comptes et pas à peu près. Ça peut vouloir dire téléphoner à son supérieur plusieurs fois par jour, faire des rapports à n’en plus finir, avoir toujours l’impression que c’est pas assez, exiger des subalternes des tâches avec lesquelles on est pas d’accord, gérer sous une tutelle oppressante le jour, le soir, en tout temps, réunions avilissantes, ... pourquoi on a pas assez vendu ce mois-ci, etc etc

    La personne qui a une tâche simple subit souvent beaucoup moins de pression, de stress, en autant qu’elle n’a pas un supérieur désagréable sur ses épaules et qu’elle ne fait pas 60 heures par semaine.

    Ce qu’il faut retenir c’est qu’il y a plusieurs facteurs qui font qu’une personne est heureuse, dont la principale, l’assurance d’être aimé.

    Pour toi qui aimes la justice, je peux te dire que la nature est très injuste, parce que la petite femme de ménage, si elle est belle, elle ne va pas rester là très longtemps, elle n’a qu’à accepter l’offre d’un homme qui va se faire un plaisir de la sortir de là.

    : (

    Le coupable c’est pas l’homme c’est la nature.

    Posté par Bob, 07 octobre 2007 à 20:23 | | Répondre
Nouveau commentaire